11 octobre 2006

Le syndrome du PowerPoint

Comment, ça ne vous dit rien ? C'est le syndrome du PowerPoint, chez Temps Réels.

Ils pointent également vers un document intitulé « Comment devenir beau, riche et intelligent grâce à Word, Excel et Powerpoint », ce qui peut toujours servir.

2 commentaires:

Frédéric a dit…

Si je peux me permettre un commentaire, je vais poser un commentaire ici. (phrase inutile sans effet de style)

Je n'ai pas lu la biographie impressionnante derrière le lien, mais il me semble que les auteurs insitent beaucoup sur ces mises en forme élaborées comme un art subtile de dissimulation du vide.

D'abord la forme du vide est une grande question transversale à toutes les disciplines humaines. (encore une autre phrase inutile, sans effet de style)

Plus sérieusement, en France, les écoles de management qui ambitionnent d'envoyer leurs étudiants dans les grandes directions du CAC 40, devraient insister davantage sur la mise en forme du vide.
des épreuves comme :

sujet : "l'eau mouille".
l'étudiant dispose de 20 minutes pour faire sa présentation.
PowerPoint est autorisé.

me semblent indispensables pour réussir une carrière professionnelle


Plus sérieusement, en gras, sur ce sujet de PowerPoint, ce qui me laisse vraiment songeur dans la vue quotidienne, c'est de voir les gens réfléchir devant PowerPoint, je dirais même au travers de PowerPoint.
Outre la perte de spontanéité au regard de la simple feuille de papier, et du stylo, c'est surtout une réflexion qui est biaisée car elle suppose un auditoire.

L'informatique, qu'on nous vend comme accélérateur de potentialités, ne nous bride-t'il pas ici?

David Andriana a dit…

En mettant en forme le vide aussi régulièrement, PowerPoint n'aurait sans doute pas compté Tchouang Tseu parmi ses utilisateurs, pour qui compte justement le non-manifesté, c'est-à-dire le vide avant (en-deçà de) toute mise en forme.

PowerPoint est certainement confucianiste : respect des règles, mais pas de priorité au contenu.